Le Québec, une contrée si lointaine et si proche à la fois…

En raison de son fort dynamisme économique et de son ouverture à tout type d’innovation, qu’elle soit de nature technologique, managériale ou sociale, le Québec jouit d’un attrait croissant auprès des entreprises françaises, au détriment d’autres provinces canadiennes pourtant prospères.

Historiquement, les liens entre le Québec et la France ont toujours été riches, multiples et protéiformes, soutenus par des accords de coopération dans les champs économique, politique, culturel mais aussi dans les domaines linguistique, scientifique ou encore académique. Par exemple, en octobre 2008, la France et le Québec ont signé un accord sur la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles, permettant ainsi l’exercice de professions réglementées telles que les avocats, les médecins ou de certains métiers (maçons, ingénieurs) sur les deux territoires.

Nul doute que le Québec constitue le point de chute privilégié des entreprises françaises. Pour une grande majorité d’entre elles, cette province est considérée comme la voie royale pour pénétrer le marché nord-américain. Si les liens entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique sont robustes, notamment depuis 1994, date de la signature de l’accord d’échange nord-américain (ALENA), il y a fort à parier que l’Accord Economique et Commercial Global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne crée une zone importante de libre-échange et accélère les investissements bilatéraux. Certains observateurs n’hésitent pas à parler d’accord historique en raison de ses trois dimensions. D’une part, il prévoit à terme la suppression des droits de douane pour la quasi-totalité des produits. D’autre part, les entreprises européennes et canadiennes sont autorisées à répondre aux appels d’offre de leur zone géographique d’appartenance. Enfin, il est envisagé la mise en oeuvre d’un processus d’harmonisation des normes techniques relatives aux échanges. Sans nécessairement fragiliser les relations entre les Etats-Unis et le Canada, l’AECG devrait permettre un foisonnement et un renforcement des flux commerciaux entre l’Europe et le Canada, en particulier le Québec.

Le Forum Mission Internationale conçu pour vous aider à mieux comprendre le marché québécois et comment l’aborder

Vous envisagez de prospecter le marché canadien, vous réfléchissez à une implantation, vous recherchez un partenaire local, vous voulez élargir votre sphère d’influence ou renforcer le déploiement de vos activités au Québec ? Le Forum Mission Internationale vous aidera certainement à vous poser les bonnes questions, rencontrer les bonnes personnes, valider une stratégie, avaliser des orientations, confirmer des choix… sans parler des nombreuses opportunités de réseautage qu’il offrira.

Ces premières rencontres d’affaires organisées par Mission Internationale ont été pensées pour vous. En effet, cette réunion d’affaires qui se tiendra les 27 et 28 octobre prochains au Palais des Congrès d’Arcachon, a pour vocation à apporter des éclairages à tous ceux qui souhaitent tenter l’aventure québécoise. Des interventions auront lieu sur des thèmes aussi variés que le paysage macro-économique, l’environnement politique, la propriété intellectuelle, les modalités du contrat commercial ou encore le potentiel représenté par l’AECG. Le forum fera également la part belle aux retours d’expériences de grandes entreprises, ETI et PME implantées au Québec et présentera les pôles d’excellence sectoriels. Au travers de la voix de leurs dirigeants seront mis en lumière des parcours d’internationalisation d’entreprises, les facteurs clés de succès, les causes d’échec et les enseignements tirés de trajectoires entrepreneuriales au Québec.

Les différentes tables rondes thématiques animées par des experts et les exposés qui seront réalisés par de prestigieuses personnalités canadiennes, québécoises ou françaises spécialistes du Canada permettront d’appréhender concrètement le climat des affaires au Québec et de prendre conscience de certaines subtilités en matière juridique, fiscale, financière, administrative. Des experts de l’accompagnement des entreprises dans leur stratégie à l’international, des spécialistes du diagnostic financier, humain, managérial des organisations seront également présents. Le Forum Mission Internationale entend être un levier pour accélérer une stratégie d’internationalisation et passer à l’action en proposant un vivier de ressources dans les domaines suivants : élaboration d’un plan d’affaires à l’international, conception d’une stratégie de prospection, montage de dossiers pour l’obtention de lignes de financement et de subventions, cartographie de partenaires locaux…

S’engager dans une participation active au Forum Mission Internationale pour voir et être vu

Au-delà de l’optimisation des démarches de réseautage, de la collecte d’informations et de données chiffrées, la rencontre avec des acteurs clés, en particulier des décideurs économiques et politiques, représente assurément la meilleure motivation pour participer au Forum Mission Internationale. Car, il n’est pas inutile de rappeler que les affaires sont avant tout une histoire d’hommes et d’heureuses synchronicités !

Les réseaux qui comptent au Québec seront présents en nombre lors du Forum Mission Internationale. Ainsi, la Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Canada, la plus ancienne chambre de commerce étrangère à Montréal et acteur incontournable lorsque l’on souhaite prendre pied au Québec, sera représentée par sa directrice générale, Véronique Loiseau. Créé en 1886, cet organisme qui regroupe près de 1500 entreprises membres issues de tous secteurs et son réseau multisectoriel d’experts proposent des prestations de services adaptées aux besoins d’implantation et d’exportation des entreprises au Canada. Par ailleurs, Investissement Québec, structure née de la volonté de favoriser la prospérité économique au Québec, joue un rôle moteur dans l’économie en soutenant la croissance des entreprises qui, à leur tour, créent des milliers d’emplois sur le territoire. Cet organisme soutient les entrepreneurs qui ont des idées, une vision, le désir d’innover, de grandir. De plus, grâce à un réseau de 12 bureaux aux États-Unis, en Europe et en Asie, Investissement Québec explore toute opportunité au niveau mondial afin d’attirer des investissements étrangers au Québec.

Si certaines structures d’accueil et d’accompagnement s’imposent comme des évidences, il serait dommage de passer à côté d’autres réseaux qui apparaissent parfois plus secondaires et informels. Par exemple, le Réseau des Femmes d’Affaires du Québec qui vise à promouvoir le leadership des femmes et l’entrepreneuriat féminin. Ou encore le Cercle des Dirigeants d’Entreprises Franco-Québécois qui mène des actions pour développer la relation économique franco-québécoise au travers de l’organisation de rencontres avec des personnalités du monde économique et la mise en place d’événements dédiés pour faire connaitre des entreprises québécoises et françaises innovantes. Ces structures peuvent endosser des rôles de tuteurs et fournir de réels appuis.

Le plan d’affaires, la stratégie, le réseautage ne font pas tout. Et si on parlait d’interculturel ?

La poutine

Les Québécois sont réputés pour leur franc-parler, ouverture d’esprit, pragmatisme et sens des affaires orienté vers la culture du résultat. Leur façon d’être et leurs comportements dans la sphère professionnelle sont par conséquent très proches de celles des anglo-saxons. Etre français n’est donc pas le « Graal » pour décrocher des rendez-vous, s’adresser aux décideurs les plus influents et mener des démarches gagnantes tout le temps. La marque France peut certainement constituer un capital sympathie de départ non négligeable. Mais, en aucun cas, elle ne permet de s’exonérer des fondamentaux du business, à savoir professionnalisme, ponctualité et rigueur. Les Québécois que nous considérons affectueusement comme nos « cousins d’Amérique » possèdent le même niveau d’exigence que tout autre partenaire. Ainsi, pour tisser des liens d’affaires dans la durée et en confiance avec des Québécois, l’efficacité demeure le maître mot ainsi que la capacité à respecter les échéances et les délais.

Parce que les Français ont beaucoup à apprendre de l’entreprenance canadienne, qui désigne la qualité de celui qui ose, une immersion au cœur du Forum Mission Internationale ne pourra être qu’inspirante et fertile, avec à la clé des idées nouvelles, des visions iconoclastes et un goût d’entreprendre renforcé ou activé.

Expert international, exportateur, transporteur, acheteur international, consultant à l’export… le Forum Mission Internationale à Arcachon est destiné à ceux qui veulent prendre une longueur d’avance. Pourquoi pas vous ? Inscrivez-vous dès maintenant (le nombre de places étant limité, les inscriptions sont obligatoires).